Hello les gens,

Ma réponse au com' de Célestine sur "Ma bulle" (  http://candide35.canalblog.com/archives/2021/01/23/38774626.html#c88584469  ) menaçant d'être fort longue, j'en ai fait ce billet:

Nous sommes d'accord Célestine, et tu sais que mon histoire fait que l'issue finale ne m'inquiète pas trop, tant il y a si longtemps que je l'ai rencontrée.

Mais tu n'imagines peut-être pas toutes les images que je me mets dans le yeux et dans la tête en cet hiver, le premier "vrai" que je vis "en montagne". Tu n'imagines pas, je n'imaginais pas toutes les nuances de neiges, variable d'une heure sur l'autre, tant celle qui tombe que celle déjà tombée, les sapins surchargés, les douces et élégantes courbes des congères, les brumes, infiniment volatiles et mouvantes... Imagine, quand le jour se lève derrière le rideau d'arbre de ma photo de voeux ( http://candide35.canalblog.com/archives/2021/01/02/38738255.html ), imagine que la lumière froide du matin envahit d'une pâle lumière discrètement bleutée tout le paysage, mais que la lumière du soleil reflétée par les nuages colore en rose les crêtes de tous les petits moutonnements neigeux à peine perceptibles devant moi ! Fabuleux, encore plus beau qu'une féerie de dessin animé, mais l'APN ne voit rien alors je m'en imprègne et le range soigneusement.

Imagine quand, tombé du lit à 4h30 je sors de chez moi à raquettes dans la nuit qui finit, quand je descends la combe ou flottent des brumes improbables et que je remonte dans le bois devant chez moi. Imagine l'air frais sur les joues et dans le nez. Imagine la brouette de neige qu'un sapin surchargé te déverse sur la capuche, les traces des bêbêtes de la nuit... M'arrêter, poser le sac pour le plaisir de grignoter une bricole, fermer les yeux, respirer doucement en écoutant le silence, tenter de percer l'aube... Je me sens privilégié, sincèrement !

Mais il y a aussi la difficile solitude et l'échec objectif de tous les projets amorcés en venant ici.
Alors des fois, dans le même paysage ma bulle fait deux mètres. Peut-être moins...

Aujourd'hui j'ai fait une rando raquettes avec des musiciennes du groupe (non, ne rêve pas, elles ont des compagnons): grand beau temps, vue sur les Alpes à 100 km, poudreuse de rêve où on croirait marcher sur les nuages, conversations chaleureuses qui ne changeront rien à rien, waow !

Et mal partout tant il y avait longtemps que je n'en avais pas fait autant (et puis j'ai bien brassé devant une qui peinait un peu): hmmmm !

Tu vois Célestine, je ne suis pas tout-à-fait perdu pour l'hédonisme...

 

DSC_2575400pxl

DSC01986_400pxl

 

DSC_2635_400pxl

 

DSC01949_400pxl

 

DSC_2617_400pxl